"Les clés de la communication positive"

26/12/2018

« La violence est l'expression tragique de besoins non satisfaits
C'est la manifestation de l'impuissance ou du désespoir de quelqu'un qui est démuni
Qui pense que les mots ne suffisent plus pour se faire entendre
Alors il attaque, il crie, il agresse » Marshall B Rosenberg


Etes-vous prêts à tenter une nouvelle façon de communiquer avec votre entourage ou rien ne sera plus comme avant et que tout est à construire sur des bases bienveillantes, avec compréhension et respect mutuel dans les échanges ?
Découvrez comment communiquer avec son cœur et laisser son égo, ses croyances de côté pour aller vers l'autre pour une réelle compréhension de son ressenti et un dialogue constructif et serein ? 

Qu'est ce que la communication positive ?

Communiquer, c'est écouter, répondre, convaincre pour construire avec les autres.
La communication positive permet de meilleurs échanges pour aborder de façon bienveillante, les divergences et conflits en les transformant en relations de coopération. Grâce à un dialogue constructif, les parties s'engagent sur un plan d'action.
L'état d'esprit que vous avez au moment où vous communiquez est très important. Le contenu du message doit être en phase avec votre intention. Dans le cas contraire, il y aura sans doute des incompréhensions, voire des déceptions sur les impacts de votre communication.
Les membres d'une équipe, d'une famille ont des personnalités, des attentes et des visions différentes. C'est ce qui rend l'exercice de la communication délicat. Il faut parvenir à combiner ces facteurs pour rendre la communication et la construction possible.

Quels en sont les avantages ?

Une communication positive permet d'assurer la bonne compréhension, par tous, d'un sujet, un projet, un objectif à atteindre.
Elle rend également la circulation de l'information plus fluide.
Elle permet à chacun de savoir comment se positionner et de mieux comprendre les contraintes des autres.
Au delà, on pourrait également citer l'ambiance plus conviviale qui peut en découler, car plus constructive, avec bienveillance et en faisant preuve d'empathie.
A chacun sa perception des choses, des événements!

La première chose que je propose, est d'abord de prendre conscience de son prisme de perception, son cadre de référence : comment je fonctionne lorsque je reçois des informations, quels éléments de mon passé, mais aussi de ma situation présente, conditionnent ma perception de la situation et conditionne mes comportements ?

Chacun ayant son propre prisme de perception, il faudra s'assurer que l'interlocuteur avec lequel vous communiquez comprend votre cadre de référence, et vous le sien.

Ensuite, la pratique d'une écoute active est impérative : en prenant le temps d'écouter réellement le point de vue de l'autre et de comprendre ce qui l'anime, chacun peut interagir de manière plus positive. Pour cela, il faut savoir questionner l'autre pour bien comprendre son point de vue sans jugement, et éviter les malentendus ou les non-dits.

Enfin, nos émotions conditionnent nos comportements. Prendre conscience de ses émotions, et celles des autres, les comprendre et les maîtriser, permet une plus grande interaction constructive. Souvent on observe les faits et déjà on juge, ce qui met l'autre sur la défensive et ferme le dialogue.
Si on n'y met pas d'opinion ni d'interprétation, l'autre sera enclin au dialogue, à l'échange
On pense que nos émotions sont engendrées par des événements ou par les actions d'autres personnes, or ce n'est pas le cas les émotions naissent des besoins et l'être humain a des besoins fondamentaux 

La recherche d'une qualité de connexion passe par ces différentes étapes :

  • Observation neutre de la situation (je me place en observateur)
  • L'expression de ses émotions (je me connecte avec mon ressenti)
  • Je fais attention à mon non verbal je suis en accord avec mes ressentis (congruence)
  • L'expression de ses besoins (à l'origine des émotions : j'ai besoin de ......)
  • L'intention (le but rechercher)
  • L'action (je vais ...., serais tu d'accord de ....) en veillant à ne pas utiliser de négations, d'injonctions, sans jugement...tout un programme !
Attention, les mots que vous employez doivent apporter une information constructive, de cette façon la culpabilité mutuelle diminue, chacun est capable d'entendre, d'accueillir et de considérer les besoins de l'autre à égalité avec les siens ....


A vous de jouer......

#osezlechangement 

OSERA COACHING